Art contemporain

Festival Jogging 2024

Deux immenses installations de Pierre Larauza, des calligraphies de Juliette Baigné et une expo photo de Steven Cruz dans la Halle, une fresque d'Alexandre Perigot sur les façades vitrées du Carreau du Temple et une exposition hors les murs au Square du Temple à découvrir pour la quatrième édition du Festival Jogging !

Date(s)
Du mercredi 26 au dimanche 30 juin 2024 en continu
Lieu(x)
Halle / Square du Temple Elie-Wiesel
Tarif(s)
Entrée libre
Entrée libre sur réservation

Sculptures - Pierre Larauza (Halle)

Pierre Larauza est un artiste visuel et chorégraphe français basé à Bruxelles réalisant des installations et sculptures ancrées dans le réel, des « sculptures documentaires ». Participatives ou non, ses œuvres reconstituent grandeur nature des mouvements marquants dans l’histoire du sport : un geste sportif culte, interdit ou militant, un record imbattu, donnant parfois lieu à une invention chorégraphique. En parallèle à sa pratique d’art visuel, Pierre Larauza crée depuis 2003 des performances et des films de danse avec la chorégraphe Emmanuelle Vincent (binôme t.r.a.n.s.i.t.s.c.a.p.e).

Avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International (WBI) et du CWB Paris, Centre Wallonie-Bruxelles/Paris - Hors-Les-Murs Constellations.

13 juillet 1985, Paris - Pierre Larauza - 3D par Malik Benkahla

13 juillet 1985, Paris

Sculpture, 20 x 4 x 6 m, 2024

Cette sculpture monumentale et inédite documente grandeur nature le saut à la perche historique de l’athlète ukrainien Sergueï Bubka (ex-soviétique) qui, pour la première fois de l’histoire, a sauté au-dessus des 6m le 13 juillet 1985 à Paris. Cette œuvre d’art porte un regard à la fois poétique et documentaire sur ce mouvement exceptionnel en reproduisant fidèlement la trajectoire de la perche.

Le champion du monde Sergueï Bubka sera présent le 26 juin à 18h pour l'ouverture du festival.

30 août 1991, Tokyo - Pierre Larauza © Stephane Roy

30 août 1991, Tokyo

Sculpture, 6 x 25 x 2 m, 2024

L’œuvre reproduit fidèlement le saut historique de 8,95m effectué par Mike Powell à travers la décomposition – grandeur nature – du mouvement de l’athlète. Quatre paires de chaussures sculptées font le récit plastique du saut en quatre phases (l’impulsion, deux positions en suspension puis la réception). Une sculpture interrogeant le pouvoir de l’image qui réduit parfois la grandeur de l’exploit.

Arts visuels - Alexandre Perigot (Halle)

Alexandre Perigot - Amiral Doubitchou © Le Marais Mood

Amiral Doubitchou

Après sa première création en 1999 sur la digue du port autonome de Marseille, ensuite reprise à Massy sur la palissade du nouveau boulevard Eugénie Éboué Tell, Amiral Doubitchou accoste à Paris et habille la façade vitrée du Carreau du Temple. Dans cette toute nouvelle version, plus de 127 mots français d’origine étrangère seront inscrits sur les façades vitrées du bâtiment pour former un nuage de mots en suspension. Utilisant les vitres de la Halle comme support, les mots français d’origine étrangère sont une invitation à déambuler tout autour de l’édifice, à découvrir la part étrangère qui constitue notre langue, notre identité.

Calligraphie - Juliette Baigné (Halle)

Calligraphies de mouvements - Juliette Baigné

Calligraphies de mouvements

Dans la Halle, prennent place les Calligraphies de mouvements qui s'inspirent de mouvements sportifs de toutes sortes, décomposés dans leur déploiement. Un travail de saisie du mouvement et de son inscription dans la matière au moyen de l’encre de Chine qui développe une partition, une écriture universelle du mouvement partagée par tous les âges, nationalités, et types de corporéités.

Le samedi 29 juin de 14h à 17h30, l'artiste Juliette Baigné propose au public à apprendre à saisir le mouvement et l’inscrire à l’encre de Chine. Plus d'informations en cliquant ici !

Exposition photo - Steven Cruz (Halle)

Propaganda - Steven Cruz

Propaganda

Fruit de la collaboration entre l’artiste visuel Steven Cruz et le collectif queer bruxellois Propaganda, la série Propaganda met en scène des personnages satiriques aux physiques exagérés, clins d'œil aux standards et attentes que nous avons du corps humain. Une vision stéréotypée du monde sportif, supposé évoquer l’unité et la solidarité humaine, qui dénonce le manque de représentation queer dans le sport et la diabolisation injuste des personnes LGBTQ+ dans notre société, souvent accusé·e·s de propagande.

Avec le soutien de la Maison du Grand-Duché de Luxembourg à Paris

Exposition photo hors les murs - Alma Machnes-Kass (Square du Temple Elie-Wiesel)

Like a dance in the dark - Alma Machness-Kass - Untitled (2018)

Like a dance in the dark

Passionnée de football à son enfance, Alma Machnes-Kass est une photographe s’intéressant aux femmes, hommes et aux lieux en marge de la société en Israël, son pays d’origine. Elle considère le sport comme le miroir de la manière dont sont traitées les problématiques sociales et les conflits culturels dans les sociétés contemporaines. Sur les grilles du Square du Temple Elie-Wiesel, à deux pas du Carreau du Temple, l’artiste expose une série de photographies prises hors et sur terrain de football. L’ensemble vise à documenter 6 ans de football féminin, une pratique considérée comme en bas de la hiérarchie sportive en Israël.

En partenariat avec la Mairie de Paris Centre

Les œuvres de Pierre Larauza sont présentées avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International (WBI) et du CWB Paris, Centre Wallonie-Bruxelles/Paris – Hors-Les-Murs Constellations.

L’exposition de Steven Cruz est présentée avec le soutien de la Maison du Grand-Duché de Luxembourg à Paris.

L’exposition d’Alma Machnes-Kass est présentée en partenariat avec la Mairie de Paris Centre.

Pierre Larauza

Basé à Bruxelles, l'artiste visuel et chorégraphe français Pierre Larauza développe une pratique tridimensionnelle au croisement de l'art et du documentaire. Un travail d'installation et de sculpture profondément ancré dans le réel qu’il qualifie de « sculpture documentaire ».

Ses œuvres prennent la forme de reconstitutions grandeur nature de mouvements qui l'ont particulièrement marqué ; d’un geste sportif culte à une bavure policière. Qu’il s’agisse d’un record, d’une invention chorégraphique, d’un mouvement interdit ou d’un mouvement raciste, ses installations évoluent au fil des enquêtes menées, transformant les œuvres en processus et, inversement, ces processus en œuvres.

En parallèle à sa pratique d'art visuel, Pierre Larauza crée depuis 2003 des performances et films de danse avec la chorégraphe Emmanuelle Vincent (binôme t.r.a.n.s.i.t.s.c.a.p.e). Leurs projets ont été diffusés dans plus de vingt-cinq pays sur les cinq continents. Iels sont artistes associé·e·s aux Halles de Schaerbeek jusqu'en 2024.

Docteur en art et sciences de l'art (2020, ULB/ARBA-ESA), Pierre Larauza est également diplômé de l'École nationale supérieure d'architecture de Paris-La Villette (2004) et de l’École supérieure des beaux-arts de Bordeaux (1998). Dans sa thèse de doctorat soutenue en décembre 2020 (projet d'édition en cours), il interroge la rencontre de la sculpture et d’une démarche documentaire. Au travers de l’hypothèse d’un « récit plastique néo-factuel », il analyse les enjeux esthétiques et critiques d'une telle pratique tridimensionnelle d'investigation du réel. Il a par ailleurs publié sur l'hybridité spectatorielle de la 'danse exposée' (Geuthner, 2019) ou sur l’approche syncrétique de Cindy Sherman (Koregos, 2020).

Il s’investit également depuis 2016 dans un projet transculturel au Vietnam dont l’ambition est de constituer à long terme une base d’expériences et réflexions non-ethnocentrées, en collaboration avec l’Université des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville et l'ERG à Bruxelles.

Alexandre Perigot

Né à Paris en 1959, Alexandre Perigot « vit et travaille partout ». Ouvert à toutes les disciplines (vidéo, installation, photographie, musique, danse), il travaille à débusquer les signes de la spectacularisation de notre société en dévoilant « l’arrière du décor ». Souvent performatives, ses installations empruntent aux mondes du cinéma, de l’architecture, du spectacle vivant, du sport, des jeux vidéo ou des médias. Elles instaurent une forte interaction avec le public, tentent de brouiller les codes de la représentation et les statuts établis de l’image et de l’artiste.

Juliette Baigné

Artiste visuelle, danseuse et scénographe, Juliette Baigné vit et travaille à Paris. Son travail porte sur le mouvement comme vecteur d’équilibre et de santé. Inspirée par la médecine chinoise qu’elle pratique, elle mène une recherche sur les différentes typologies de mouvements : lesquels entretiennent la vitalité, lesquels la diminuent ? Comment ces derniers sont-ils constitutifs de l’augmentation ou de l’affaiblissement de l’état de santé d’un corps ou d’une situation ? Elle approche l’idée de santé, comme la capacité d’un corps à pouvoir jouir de sa liberté de mouvement, sans
être réduit par des maux, le limitant dans son amplitude.

Diplômée de l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris et des conservatoires de Paris, Juliette Baigné mène une pratique multimédia : dessin, performance, encre, installation. En 2022, elle est lauréate du programme "Le Nouveau Grand Tour" initié par l’ambassade de France en Italie et l’Institut Français, et réalise une résidence dans le Salento avec le centre d’art KORA. Elle expose régulièrement en solo (Soleil d’hiver, L’unisson des corps) et en group show (Rebonds au Château des Tourelles, Frontières avec Les Nouveaux Collectionneurs) avec le Collectif Partout (Galerie du Crous, Pop up du Label, Galerie C). En 2023 elle expose et performe les Calligraphies de Mouvements à la Fab. d’Agnès b. et en 2024 à la Galerie du 19M, au Théâtre National de Chaillot, à Mains d’Œuvres et au Carreau du Temple.

Steven Cruz

Steven da Cruz Goncalves, également connu sous le nom de Steven Cruz, est un artiste visuel de 28 ans d’origine portugaise, né au Luxembourg. En 2012, il a entamé des études d’arts visuels au Lycée des Arts et Métiers du Luxembourg. Par la suite, il a déménagé à Lisbonne, où il a obtenu son diplôme en Design Général à l’IADE. Il a également résidé à Athènes afin de perfectionner davantage ses connaissances et compétences en arts visuels et en design. Après ses études à Lisbonne, où sa victoire au hackathon de Ageas lui a ouvert les portes d’une startup à la NOVA School of Business, il est devenu directeur créatif pour le développement de deux applications. Récemment, Steven Cruz a décroché son diplôme de master à Saint-Luc à Bruxelles, spécialisé dans les arts plastiques, visuels et spatiaux. Il s’est pleinement intégré à la scène culturelle luxembourgeoise après avoir remporté le concours «Generation Art» de RTL, débutant ainsi sa carrière artistique au Luxembourg. Il a notamment exposé au Waassertuerm + Pomhouse ainsi qu’à l’EMOP à Neimenster et YLA. Il est co-fondateur de La Concierge ASBL, dédiée à promouvoir et rémunérer équitablement les artistes émergents au Luxembourg.

Carte Carreau

20€ / Année

10% de réduction sur toutes les activités associatives sportives et artistiques annuelles


1 cours d’essai de sport gratuit
50% de réduction sur les spectacles (hors tarification spéciale)
Gratuité pour les séances du Cinéclub
10% de réduction au bar du Carreau
Possibilité de reporter votre place sur une autre date du même spectacle

Vous pourriez également aimer

27 juin au 28 juin
Jeudi à 20h et vendredi à 19h

Spectacle : Danse

Acta est fabula

26 juin au 30 juin
En continu

Podcast : Sport

Podcasts

22 juin au 23 juin
15h

Spectacle : Danse, Musique

Behind the line